Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

La saisonnalité volontaire [publié le 23 mai 2016]

Les trente glorieuses et les nécessités de reconstruction de l'Après guerre ont créé une illusion d'optique : celle de la croissance ininterrompue illimitée. Initié par Jules Verne et prolongé par Walt Disney Inc. La mythologie du « progrès » s'est imposée comme un postulat universel. La marche du monde entier s'inscrit dorénavant dans l'équation :

[Progrès scientifique] => Progrès technologique] => [Progrès économique] => [Progrès social].

Il semble donc indiscutable aux yeux de l'opinion, comme dans le discours des dirigeants, que l'humanité est dans une marche définitive vers le toujours plus de croissance. Les fonds de pension américains comme les fameux fonds souverains « exigent » avec décontraction un rendement d'au moins 10% par an.

Evidemment, ça ne tient pas debout. L'évolution humaine, observée depuis ses origines il y a 6.000.000 d'années s'est toujours effectuée de façon cyclique, voire fractale (avec des cycles de cycles jusqu'au nème degrés). Les civilisations égyptiennes ou chinoises par exemple, ont chacune connue une trentaine de dynasties prospères entrecoupées de crises décadentes et d'invasions barbares à la manière d'un millefeuille ou d'un Club sandwich. La notion de cycle régit d'une façon générale tout phénomène vivant ou naturel. Le climat, la météo, la pousse des arbres, les fluctuations de la bourse et les aléas de la vie de couple épousent tout naturellement la courbe régulière d'une sinusoïde. Tout ce qui existe joue aux montagnes russes.

Cependant à l'échelle de deux ou trois générations, on a l'illusion d'otique d'une croissance ininterrompue. Cette période de croissance un peu plus longue que les précédentes s'explique par phénomènes exceptionnels et complémentaires :

1)      La découverte du « bas de laine » énergétique de la planète : le capital fossile enfoui dans la cave.

2)      La transformation de ce capital fossile en capital économique par les Etats-Unis d'abord (au 20ième  siècle), puis par l'Europe et le Japon (pendant les fameuses « 30 glorieuses ») et actuellement par le reste de l'Asie.

3)      La fusion des économies mondiales dans le cadre de la mondialisation des échanges et de l'information (Internet), avec les gains gigantesques de productivité qu'apporte toute fusion.

Ces trois phénomènes, comme les allumettes de la petite fille du même nom, ne peuvent être utilisés qu'une seule fois. Prochainement, 3 limites seront atteintes :

1)      Le bas de laine fossile de Grand Maman aura été dilapidé.

2)      L'ensemble de l'Eurasie aura atteint le niveau de performance maximal compatible avec le reste des ressources disponibles : le feu (énergies fossiles), l'eau (douce), l'air (non pollué) et la terre (non contaminée). L'empreinte écologique moyenne d'un terrien a déjà dépassé les limites naturelles. Quid des pays développés ?

3)      L'intégration des économies mondiales aura été réalisée. Chacun sera en mesure d'échanger immédiatement avec l'interlocuteur mondial le plus pertinent.

Ces réservoirs de croissance épuisés, un problème essentiel se pose : celui du surcroit de masse monétaire en circulation. Aujourd'hui, l'économie monétaire représente environ le centuple de l'économie réelle. Pour 1 dollar de pétrole, blé ou de médicament en circulation dans le monde réel, il y a environ 100 dollars qui circulent entre les banques, les bourses et les innombrables « intermédiaires financiers » qui n'apportent pas grand-chose au Schmilblick. Ce surcroît de monnaie garde un peu de sens tant qu'un pari reste possible sur la croissance elle-même, car tant qu'il y a des espoirs de bénéfice, on trouve des prêteurs ou des investisseurs. Mais cette situation est excessivement fragile. Un simple coup de frein et tout le système s'effondre. L'économie monétaire se recale alors d'urgence sur l'économie réelle. Autrement dit, une inflation galopante s'impose à la planète. 1 euro de feu (pétrole), d'eau (potable), de terre (cultivable) ou d'air (respirable) se négocient brutalement au tarif de 100 euros. En d'autres termes, la saisonnalité reprendra alors ses droits. La chute sera à la mesure de la montée.

Le développement durable exige donc une autre vision de l'avenir que cet horizon myope. La notion de recyclage des ressources s'impose et avec elle la notion de saisonnalité. Selon les principes de l'Ecclésiaste, il y a un temps pour la récolte, mais également un temps pour les semailles et la germination. La notion de « circularité » s'impose. Il faut donc accepter tranquillement l'alternance d'étés (actifs) et d'hivers (passés au coin du feu). L'hiver se met humblement au service de l'été et du recyclage de ses déchets.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.