Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

La mégamétamorphose [publié le 12 septembre 2016]

L'Institut a pour but d'accompagner l'individu dans la réalisation de ses métamorphoses de façon à ce qu'il puisse mieux s'intégrer dans un monde dont la métamorphose est sans précédent dans l'Histoire.

C'est une véritable mégamétamorphose qui bouleverse les peuples et les institutions dans le premier vingt et unième siècle : le temps semble soudain s'accélérer, tout devient éphémère, précaire, insaisissable. Les terriens de cette époque sont à la fois déboussolés et fascinés de pouvoir vivre le temps d'une génération l'équivalent d'un millénaire de transformations technologiques, économiques ou culturelles. Mais seuls parviennent à tirer leur épingle du jeu, ceux qui parviennent à se métamorphoser en permanence de l'intérieur, ceux dont la résistance au changement est suffisamment faible et la capacité de renouvellement permanente suffisamment forte pour leur permettre de rester en phase avec les tremblements de terre.

Les débuts du siècle qui commence se caractérisent par une succession de pics qui les font ressembler un peu à une chaîne de montagne comme l'Himalaya.

Il y a d'abord le pic énergétique, le fameux « pic de Hubert » qui affirme que l'exploitation de la moitié environ des réserves d'hydrocarbures, atteinte dans les années 2010-2020 déclenche une hausse des prix d'autant plus effroyable qu'elle s'accompagne d'une explosion de la demande dans  les pays émergents assoiffés de voyages et d'automobiles.

Cette parabole du pic énergétique explique celle d'un pic économique  renforcé par la mondialisation rapide des échanges suivie, tout aussi rapidement, de la confrontation brutale à la raréfaction des ressources premières.

La suppression des frontières déclenche également un pic de la connaissance scientifique ou technologique sans précédent : les esprits éloignés se mettent subitement à se féconder les uns les autres.

Enfin un pic démographique prend, lui, la forme d'une double hyperbole et s'élance brutalement pour atteindre une dizaine de milliards vers le milieu du siècle avant de s'effondrer tout aussi brutalement : le réel affectionne les courbes symétriques.

C'est donc une inframétamorphose objective et multiple qui s'imposera à vous, vous qui allez connaître la génération la plus mouvementée mais aussi la plus passionnante de l'Histoire. Plus vous serez habile à vous métamorphoser de l'intérieur, même et surtout lorsque vous vieillirez (alors que votre résistance au changement devrait naturellement s'accroître), plus vous profiterez des turbulences plutôt que d'en être la victime.

La suppression des frontières politiques et linguistiques, conjuguée à l'abolition des hiérarchies et des cloisonnements sociaux imposée par les nouvelles technologies (qui court-circuitent un peu tous les réseaux) déclenchent, au sein de la mégamétamorphose, une exigence d'intégration sans précédent. Tout devient global : la bourse, la monnaie, l'économie, l'écologie et la culture. Chacun est au courant s'il le souhaite de tout ce qui se passe ailleurs. Tout ce qui se passe quelque part impacte possiblement l'ensemble d'un mégasystème unifié. Tout est globalisé, universalisé. Les organismes régulateurs mondiaux font leur apparition et se systématisent. Les réunions de chefs d'états se multiplient en attendant la dissolution de ces mêmes états au sein d'ensembles qui les dépassent (comme l'Union Européenne). Les cloisonnements traditionnels entre nations ou entre classes sociales deviennent anachroniques. Chacun, abandonné à lui-même se trouve confronté en direct à la multitude des autres.

Les modèles de fonctionnement locaux d'une entreprise ou d'une communauté deviennent alors rapidement obsolètes. La démodélisation déstructure sans pitié toutes les organisations routinières au profit de schémas éphémères en recomposition permanente. Partout le ET se substitue au OU. L'inclusion devient la règle, l'ambivalence, la pratique ordinaire. La croissance (des services) coexiste avec la décroissance (industrielle). La relocalisation (du travail) se superpose à la mondialisation qui se poursuit (dans les échanges). Le développement économique appelle le développement de la personne.

Les sociostructures, comme les idéologies, finissent toujours par rejoindre les modifications d'infrastructures. Une nouvelle carte des vertus et des vices se dessine. La rigidité (qui refuse la métamorphose), l'égocentrisme (qui refuse l'intégration) et le monolithisme (qui refuse l'ambivalence) deviennent des péchés capitaux. Inversement deviennent des vertus cardinales l'accueil au changement, au dépassement de soi ou à la contradiction. Le sens des nuances devient une condition de survie de même que le sens de l'humour ou celui de la précarité des choses. Le personnage qui vit le mieux est celui qui pratique assidument la réinvention de soi, la déconstruction reconstruction et l'habitude de se demander au réveil chaque matin : « Que vais-je bien pouvoir encore inventer ? ».

L'Authenticité s'avère indispensable car elle est bien le seul support sur lequel l'individu abandonné par son « milieu » puisse désormais s'appuyer. Elle révèle cependant rapidement ses insuffisances et demande, surtout dans le seconde moitié de la vie, le complément d'une maturité peu commune, c'est-à-dire d'une habilité toute particulière à s'auto nuancer. De cette contradiction apparente entre la détermination à réaliser votre destin et l'aptitude à réinventer votre chemin de vie dépend le bonheur que vous pourrez recevoir et offrir.

L'Institut a pour but d'accompagner l'individu dans la réalisation de ses métamorphoses de façon à ce qu'il puisse mieux s'intégrer dans un monde dont la métamorphose est sans précédent dans l'Histoire.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.