Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

La faim des horaires [publié le 21 novembre 2016]

Samedi matin 8:50. Vous vous présentez à la terrasse d'un café :

-        Un café et un croissant

-        Vous ne savez pas lire ?

Un doigt pointé vous indique un écriteau dissimulé en bas à droite de la porte : « Samedi 9h - 22h15 ». Vous entendez alors une brève explication à base de RTT, moyennant quoi vous vous retrouvez sur le trottoir, le sac à main à l'épaule. Pas de croissant pour vous le samedi matin. Vous n'aviez qu'à faire comme tout le monde !

En Europe occidentale, la standardisation des horaires dans la restauration est étonnante. 12h-14h : déjeuner. 19h- 22h : dîner. Dimanche le lundi soir : fermeture hebdomadaire. Congés annuels en période de vacances scolaires.

Ces horaires restrictifs sont peut-être l'héritage de l'ère industrielle où le timing des usines était lui-même hautement standardisé. Ils sont peut-être aussi la conséquence d'une législation du travail métachronique, calquée les schémas de l'ère industrielle ou bureautique. Dans tous les cas, il vous sera difficile en Europe de manger à votre faim en dehors des faims administrativement prévues. Le plus sage est de de vous débrouiller pour n'avoir faim qu'aux heures prévues par les conventions collectives.

Mais les meilleures choses ont une faim.

La destandardisation croissante des horaires de travail en vogue chez les nomades et donc chez les élites, induit une déstandardisation des horaires de repas. L'élite travaille de plus en plus en fonction de son humeur, de ses biorythmes, de ses engagements multiples et des multiples fuseaux horaires de ses correspondants éparpillés. La notion d'emploi du temps n'existe pas pour elle, ni à l'échelle de la journée (pas d'horaires), ni à celle de la semaine (pas vraiment de week-end), ni à celle de l'année (disparition de la frontière entre les vacances et le temps travaillé). L'évaporation des frontières artificielles de l'Espace induit celles du Temps.

Pour cette raison, on assistera peut-être assez vite à l'obsolescence de la notion de petit déjeuner, de déjeuner ou de dîner. Le déjeuner ne correspondra plus non plus à l'enchaînement obligé : entrée + plat principal + fromage + dessert + demi de vin rouge. Cette formule est en effet peu diététique, trop coûteuse en énergie (surcroit de calories absorbées) et surtout trop coûteuse en temps. Pour une l'adhérent d'une élite, 2 heures consacrées à un repas relève aujourd'hui du surréalisme.

L'élite du futur est une tribu nomade mondialisés et interconnectés. Or, le nomade n'a aucun horaire. C'est sa définition. De plus il adore déranger, bousculer l'ordre des choses, ne rien faire comme tout le monde. Il affectionne le sucré-salé, le brunch (breakfast + lunch), le dimanche vers 11h, le gouner (goûter + diner) ou le slunch (lunch + souper) le dimanche vers 17h, le mélange des styles, l'insubordination aux règles et aux horaires.

La restauration devra, comme tout être vivant, s'adapter ou périr.

Il lui faudra se désorganiser pour devenir organique à la façon d'un être vivant.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Rédigé par Robert MELCUS 26 juin 2015
Déréguler c'est en quelque sorte créer le chaos ... Mais l'ordre venant du chaos (Ordo ab chaos) ... Il est nécessaire de créer le chaos , donc de déréguler, pour s'inscrire dans un nouvel ordre ... Un nouveau désordre?
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.