Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

L'insouciance n'est plus au programme [publié le 08 février 2016]

Quand vous étiez enfant, le merveilleux était encore possible. En hiver, il y avait encore de la neige qui tombait. Assis au coin du feu, le soir du réveillon, vous vous entendiez raconter des histoires de Père Noël et de rennes volants. On évoquait le Futur comme un monde fabuleux où les transports seraient encore plus rapides, les voyages encore plus nombreux, les résidences encore plus spacieuses, l'énergie encore meilleur marché. C'était le temps où le baril de pétrole coûtait moins cher que celui d'eau minérale, où l'on pouvait prendre la voiture aussi souvent que l'on voulait, où l'on pouvait déambuler en tee-shirt dans son domicile surchauffé même quand il neigeait dehors, où l'on n'hésitait pas à tirer la chasse d'eau, même pour un petit pipi.

Aujourd'hui, de quoi parle-t-on aux enfants dans les écoles primaires ? : Auschwitz, Hiroshima, la grippe H1N1, un milliard d'affamés, le changement climatique, la disparition des hydrocarbures, la fin du monde, l'absence d'espoir. On peut se consoler en se disant que le Moyen Âge n'était pas mieux et que tout âge a connu ses Cassandre, ses oiseaux de mauvais augure. On peut se rassurer en se disant que nos scientifiques ne tarderont pas à découvrir des énergies de substitution.

Des énergies de substitution aux hydrocarbures, il n'y en a à vrai dire pas beaucoup. La fine fleur de la Chevalerie scientifique ne cherche pas autre chose, en vain, depuis près de quarante ans (1973 : premier choc pétrolier). Et, avec le dépassement du « pic de Hubbert », les réserves de pétrole sont déjà à moitié épuisées : il n'y en a plus que pour quarante ans à peine. Le gaz, puis l'uranium et le charbon atteindront leurs limites quelques décennies plus tard. Si l'on considère l'horizon à un siècle et non pas à dix ans, il n'y a en vue aucune solution pour continuer à mener bien longtemps le train de vie énergétique dont nous bénéficions aujourd'hui. Le moteur électrique et les batteries à hydrogène ne règlent aucunement la question car elles n'offrent que des vecteurs énergétiques qui s'alimentent eux-mêmes aux énergies fossiles. Il a fallu 100 millions d'années pour produire les stocks d'hydrocarbures que détenait la Terre aux environs de 1800 ; 100 millions d'années de Soleil reçu par toute la biosphère : plantes, planctons et animaux, dinosaures compris. En 200 ans, nous en avons dépensé environ la moitié. Au rythme actuel de consommation, les caisses seront vides aux alentours de 2050.

Ce qui aggrave encore considérablement les choses, c'est le paramètre démographique. Au commencement de l'exploitation des hydrocarbures, au début de la Révolution industrielle, la population du monde flirtait avec le milliard. Deux siècles plus tard, nous en sommes à 7 milliards alors que dans les deux mille ans précédents, la population n'a que doublé. Comment cela est-il possible ? La solution est donnée par l'impact de l'énergie sur la productivité qui impacte l'économie, qui impacte la démographie. Quand les ressources en énergie explosent, la population explose.

Ces 7 milliards d'habitants partagent tous un rêve merveilleux : avoir la main sur autant d'hydrocarbures que vous, l'Occidental, pour pouvoir à leur tour disposer d'une automobile privée (et pourquoi pas d'un monospace pour Madame ?), pour pouvoir bien chauffer leur maison en hiver et passer de merveilleux réveillons de Noël à se raconter de belles histoires et à déballer des dizaines de cadeaux en plastique, c'est-à-dire en pétrole, transportés depuis la Chine au moyen du pétrole. Ce rêve est-il réalisable ?

En fait, tout est inclus dans une formule assez simple : (D*R)/E = constante, où D figure la démographie (en nombre d'habitants), R, le revenu par habitant et E, l'énergie disponible à la consommation. Actuellement, l'Européen moyen dispose de l'équivalent énergétique de 50 esclaves à son service personnel si l'on convertit l'énergie musculaire que peut donner un homme en TEP (Tonne Équivalent Pétrole). Ces 50 esclaves (100 aux États-Unis) sont en charge de vous véhiculer où bon vous semble dans votre carrosse, d'aller pour vous au bout du monde chercher ce bœuf d'Argentine ou ces fruits exotiques dont vous raffolez, comme l'ananas Victoria ou la maracuja d'Amazonie, de faire tourner la nuit votre lave-vaisselle ou votre sèche-linge et même de vous préparer de temps en temps un petit Nespresso.

Si l'énergie disponible diminue, il n'y a que deux solutions : soit réduire de façon drastique la démographie (D) par des famines, des guerres, de l'infanticide ou de l'extermination en masse, soit réduire de façon massive votre niveau de vie (R), c'est-à-dire le nombre d'« esclaves fossiles » mis à votre disposition. Dans les deux cas : reflux démographique vers le 1 milliard d'habitants de 1800 et/ou reflux économique vers le niveau de vie des paysans de 1789.

Il y a donc comme un petit souci.

On peut dès lors supposer que le terme d'« insouciance » va disparaître progressivement de votre vocabulaire. À moins bien sûr que ce ne soit pour la dénoncer.

La disparition de l'inconséquence sera-t-elle l'un des corollaires de la raréfaction de l'insouciance ? Avec l'effondrement des ressources énergétiques, le droit à l'erreur risque lui aussi de décliner. On cherchera à couper les causes de leurs effets secondaires. On déconnectera la sexualité de ses conséquences en termes de procréation. On réduira la pollution et l'accumulation des déchets en rendant toute production autodégradable. On deviendra très prudent en matière de clonage, de manipulation génétique transmissible par l'hérédité, de destruction des espèces vivantes (la moitié environ des espèces vivantes ont déjà disparu depuis 1800), de pollution irréversible comme Tchernobyl.

L'individualisme irresponsable des années 1968 (juste avant le premier choc pétrolier de 1973) ne risque-t-il pas, lui aussi, de passer de mode ? L'individualisme est possible quand le rapport triangulaire (D*R)/E est favorable, comme sous la Renaissance italienne, dans la Hollande du xviie siècle, la France du Second Empire ou les États-Unis de Kennedy. Quand le rapport triangulaire devient défavorable, l'individualisme devient dangereux et trop coûteux en énergie. Les caprices coûtent cher.

Il y a donc fort à parier que l'hédonisme individualiste, inconséquent, insouciant, de vos parents ou grands-parents soixante-huitards, ne soit plus tellement à la mode d'ici quelques années. Après votre réveillon flamboyant, une fois que les amis de votre âge s'en seront allés, vos enfants vont devoir se remonter les manches, jeter les emballages déchiquetés, débarrasser la table, remplir le lave-vaisselle (ou, faute de courant, laver les assiettes à la main), passer l'aspirateur (ou, faute de courant, ramasser, une par une les innombrables épines du pauvre sapin surchauffé) pour vous permettre, à vous, le vieux soixante-huitard nostalgique, de revivre une fois encore l'émotion du merveilleux de votre enfance.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Rédigé par Patrice Parthenay 09 octobre 2014
On vient de s'apercevoir que les projections démographiques sont erronées pour 2050 : nous ne serons pas 9, mais 11 milliards...


Aïe : au secours Malthus !
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.