Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

Le silence, produit de luxe par excellence [publié le 27 juin 2016]

Le silence a longtemps été la réalité quotidienne. À l'exception de l'explosion des vagues sur les falaises et de quelquefois la foudre sur un vieux chêne abandonné, le silence était aussi universel que l'air que l'on respire. Bien sûr il y avait une fois par an les foires de Champagne, les cris de la colère, du désespoir ou de la solitude. Mais point besoin de boules Quiès ni pour dormir ni pour voyager. Les voyages pour la plupart se passaient à pied et les bruits étaient rares : grognement d'un voisin affamé, hurlement d'un autre voisin attaqué sans pitié par un loup, attaques de brigands de temps en temps. L'époque était sereine.

Aujourd'hui, le bruit de fond est devenu la norme... pour ne pas dire énorme. Près de 40 décibels dans les rues les plus calmes de Paris, de New York ou de Tokyo, 70 décibels dès qu'on pénètre dans un lieu public. Impossible d'aller se faire couper les cheveux sans devoir subir Radio Énergie. Impensable de prendre le taxi sans devoir supporter la radio préférée du chauffeur de taxi. Inconcevable de prendre le train sans être entouré de dizaines d'oreillettes plus ou moins sonores.

À la campagne, ne vous réjouissez pas trop d'échapper au klaxon des ambulances, des pompiers des policiers ou des automobilistes : vous serez vite rejoint par le chien du voisin, sa tondeuse à gazon ou pire, son aspirateur à feuilles mortes. Quant aux voisines, elles n'aboient pas, mais... elles causent.

Dans les situations désespérées, on se tourne souvent vers la technologie. L'amateur de silence n'est plus aujourd'hui obligé de se contenter de boules Quiès ou de bouchons en mousse. Dans les aéroports, il peut se procurer des casques anti-bruit qui annulent jusqu'à 99,9 % du son ambiant (soit 30 décibels)... tout en vous inondant d'une musique « relaxante ».

Les technologies du silence ne remplaceront jamais le silence authentique dans lequel baignait au Moyen Âge la lande de Bretagne, ce silence qui permettait de dialoguer avec soi sans être constamment perturbé par l'instabilité émotionnelle des autres.

Le silence risque de devenir progressivement un produit de luxe. Tout ce qui est à la fois rare et précieux contient en puissance de la valeur économique. Il ne serait pas surprenant qu'au milieu du siècle on assiste au Big Bang du marché du silence, comme on a eu celui du bruit au milieu du siècle précédent.

Le silence pourra ainsi se consommer, en égoïste ou en couple d'amateurs, dans des abris spéciaux qui fonctionneront un peu comme autrefois fonctionnaient les chapelles. Pour les petits budgets, il pourra également se déguster dans des sortes de sarcophages installés dans les centres commerciaux, les gares ou même sur le bord des rues bondées du samedi après-midi. Isotherme, incolore, inodore, ceux-ci permettront à des individus désorientés de s'allonger quelques instants et d'oublier leurs engagement dans des projets ou des relations sans lendemain, de digérer goutte après goutte toutes les indigestions matérielles, affectives et intellectuelles, de recréer en eux les poches de vide suffisantes pour être de nouveau capables d'absorber de la vie en petites tranches, exactement comme un convalescent, après une longue diète, se remet doucement à manger.

La dégustation pourra se faire à la séance ou à l'abonnement. Des forfaits week-end seront proposés sur Internet dans le cadre d'offres promotionnelles. Des cures de silence pourront même être prescrites par les médecins spécialisés dans la gestion du stress, qui vont récupérer la fonction des prêtres d'autrefois et la clientèle innombrables des sur-épuisés, des sur-stressés, des sur-abandonnés.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Rédigé par Patrice Parthenay 13 mai 2013
De ce joli texte bien troussé, je reste béat-bouche bée !
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.