Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

Un paradigme sans avenir [publié le 13 juin 2016]

La meilleure façon de comprendre la santé, c'est d'avoir côtoyé personnellement la maladie. Le meilleur moyen de saisir le développement durable, c'est de vivre personnellement dans le provisoire. Or le sens de l'éphémère n'a jamais été aussi bien partagé que par les hommes de notre génération. C'est un peu comme si nous assistions en direct à la fin de l'Empire romain : une fin d'Empire qui ne s'étendrait pas sur quatre siècles mais sur vingt ans.

Appelons quelques chiffres : depuis un siècle, l'être humain a grandi en moyenne de vingt-cinq centimètres, il a pris en moyenne un surpoids de vingt-cinq kilos, son espérance de vie a augmenté elle aussi de vingt-cinq ans. Cela fait beaucoup de vingt-cinq. Mais la population du monde n'a pas augmenté, elle, de 25 %, mais de près de 500 %. On se plaint beaucoup en France de la baisse du pouvoir d'achat mais le PIB mondial, lui, a augmenté en un siècle de 5 000 % en parité de pouvoir d'achat. Le nombre de chercheurs, de professeurs, de connaissances scientifiques ou de productions culturelles a explosé bien plus encore.

Si la température de l'eau s'approche ainsi du point d'ébullition, la taille de la planète n'a quant à elle pas augmenté d'un centimètre. Le nombre de mètres carrés cultivables n'a pas doublé. Il semblerait même qu'il ait légèrement diminué, sur un sol plus pollué, ruiné par l'érosion, épuisé par le surmenage. Le nombre de mètres cubes de pétrole, de gaz naturel ou d'eau potable n'a pas progressé de 25 %. Il a même diminué de moitié depuis le début du xxe siècle. Le cuivre, le caoutchouc, l'uranium et même l'air non pollué sont en passe de devenir des ressources en voie de disparition. Il y a flambée des prix sur les marchés. Le capital-diversité déclinant des plantes, des animaux et des cultures locales devient l'objet de toutes les spéculations, notamment touristiques. Tout ce qui devient rare provoque des grimpées en Bourse.

Nous avons donc la chance exceptionnelle, vous et moi, de vivre notre vie personnelle au cœur d'un moment unique de notre longue histoire de six millions d'années, ce qu'on appelle en mathématiques le point d'inflexion d'une courbe. Tonton Malthus n'aurait pas pu inventer une illustration aussi parfaite de sa théorie selon laquelle la consommation de l'espèce ne peut pas croître durablement de façon géométrique tandis que les ressources régressent de façon arithmétique. Aucune autre génération ne pourra sans doute jamais autant savourer la sensation aiguë du provisoire, de l'éphémère, de la fin d'un monde sûrement, de la fin du monde peut-être.

Peut-être bien que tout s'explique au fond par la simple découverte des énergies fossiles et de leurs pouvoirs étranges. Derrière la spectaculaire croissance de l'Europe, de l'Amérique et plus récemment de la Chine, il n'y a au fond qu'un effet de levier dû au pétrole. Comme les épinards rendaient Popeye mille fois plus fort, le pétrole permet à un agriculteur motorisé de produire aujourd'hui cent fois plus de calories-céréales que son ancêtre armé d'une faux.

Mais qu'est-ce que le pétrole ? C'est le produit de la condensation énergétique d'une bonne partie de la biomasse au cours des cinq cent derniers millions d'années, piégée dans le sous-sol et transformée par de patientes réactions chimiques. C'est en quelque sorte du soleil « zippé », un héritage d'un demi-milliard d'années. C'est le bas de laine de Grand-Maman Nature, fruit de toute une vie d'économies, découvert par hasard par les petits-enfants indignes que nous sommes et flambé à Vaux-le-Vicomte en une seule soirée. Le temps du pétrole, soit environ 200 ans, sur une échelle de 500 millions d'années, c'est en effet un rapport d'environ 9 minutes à l'échelle d'une vie de 80 ans. Que trinquent les coupes de champagne !

Toutes les disciplines savent que les excès induisent rapidement un excès contraire, équivalent dans le rapport intensité/durée. Les économistes appellent cela le cycle de Kondratiev, les historiens ou les sociologues une réaction, les psychologues une surcompensation, les horlogers un mouvement de balancier. Le Big Bang de notre jeunesse va maintenant se transformer en Big Crunch. Peut-être est-ce une histoire de quelques annéesencore ? Personne ne sait exactement combien. Mais nous aurons eu le privilège d'avoir vécu la génération la plus excitante de l'histoire : l'explosion exponentielle de tout pendant la première partie de notre vie, et l'implosion qui en découle immédiatement après.

Tout ce qui est excessif est en effet éphémère. N'est durable que ce qui est équilibré, multicolore, ambigu, associé à son contraire. La croissance quantitative, exponentielle ou linéaire, ne peut durer qu'un temps. La surmédiatisation et la surmonétarisation artificielles peuvent masquer un temps encore l'imminence de l'effondrement. On peut jouer encore un peu à créer de la valeur fictive sur des valeurs en Bourse, des marques à la mode, ou des iPhones archi-médiatisés. Mais aucun nénuphar ne peut doubler indéfiniment de taille chaque année à la surface d'un étang.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.