Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

Apprendre à dire "No" [publié le 25 janvier 2016]

L'école fut longtemps un lieu où il fallait « obtempérer », c'est-à-dire hocher la tête dans un sens vertical. Les entreprises d'hier étaient en effet construites sur le modèle des machines qu'on rencontrait dans les usines. Les salariés d'une organisation étaient supposés se comporter d'une façon standardisée, répétitive, tout au long de leur vie, avec des conditions de travail définies par écrit, à l'intérieur d'un CDI qui explicitait une fois pour toutes une durée du travail, des horaires de travail, un lieu de travail, une qualification, une position dans l'organigramme, etc. Il fallait donc à cette époque que l'école fonctionnât comme une usine et fabriquât des collaborateurs interchangeables comme des pièces industrielles, qu'il n'y aurait plus ensuite qu'à insérer à l'intérieur de définitions de postes établies par une GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences). Pas d'autres moyens de protester en entreprise que par la grève, à l'école que par de l'indiscipline, immédiatement dénoncée par les médias.

Il se trouve que les entreprises de demain ne ressembleront plus à des machines mais à des êtres vivants. Comme un être vivant, l'entreprise du futur devra se réinventer en permanence pour s'adapter en permanence à un environnement flottant, imprévisible et incertain qui ne présentera d'autres certitudes que son extrême incertitude. La suppression des frontières, l'effacement de la notion d'État et l'accélération du temps induites par la mise au point du microprocesseur optique ne laisseront plus guère de place à la prédétermination.

Or, on ne peut se reconstruire qu'en se déconstruisant. C'est en se défaisant que l'on se fait. C'est par la remise en cause maladive de son propre fonctionnement qu'une entreprise, comme un individu, peut espérer suivre le mouvement de son environnement tourbillonnant. Ce n'est donc plus à dire « Yes » que l'école du futur doit former. Les écoles du futur seront des écoles de la désobéissance.

Cela pourrait demander quelques adaptations. On pourrait par exemple imaginer que les collèges et lycées du Futur, à l'instar des entreprises du Futur, fussent dématérialisés. Ils pourraient alors être remplacés par une collection de services éducatifs complémentaires : espaces protégés (à la manière des campus américains), boutiques formations animées par des experts, salles pour se réunir autour de projets collectifs sous les conseils de professionnels expérimentés, domicile personnels des éducateurs qui reçoivent individuellement leurs élèves (comme aujourd'hui les psys et quelquefois les coaches), afin de les aiguiller dans les labyrinthes du savoir, isoloirs déconnectés de tout, même d'Internet, pour pouvoir enfin se concentrer et se recentrer sur l'essentiel : le travail personnel et le pouvoir de dire « No ».

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.