Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

Les technologies de la singularité [publié le 31 octobre 2016]

A l'origine de tes toutes ces évolutions se trouve un changement profond de l’environnement technologique. Les nouvelles technologies ont l’inconvénient de rendre inutiles, obsolètes, encombrants tous les intermédiaires traditionnels. Elles permettent à chacun d’échanger avec chacun directement et de court-circuiter allègrement les hiérarchies et les relais traditionnels. Pire : elles rendent chacun à lui même en lui permettant de se débrouiller tout seul là où il était jusqu’ici dépendant d’un système social.
 
Ces « technologies de l’autonomie » se répartissent en au moins quatre familles :
 
1.    La puissance de calcul
La fameuse loi de Moore continuant sa course infernale, la puissance de calcul des ordinateurs continue à doubler à peu près tous les ans, ce qui fait que tous les dix ans elle est multipliée par mille. L’ordinateur le plus puissant du monde a atteint le pétaFlop en 2007 (10 puissance 15 opérations par seconde). On attend l’exaFlop pour 2018 (10 puissance 18 opérations par seconde), le zettaFlop pour 2029 (10 puissance 21 opérations par seconde), le yottaFlop pour 2037 (10 puissance 24 opérations par seconde. Cette puissance de calcul est encore amplifiée par une meilleure répartition : sa mise en cloud va permettre à chacun d’utiliser au moment où il en a besoin une grande partie des processeurs inutilisés et donc de s’appuyer sur une architecture massivement parallèle, un peu comme le cerveau quand il fait travailler des milliers de neurones en même temps.
 
Cette mise à disposition d’une puissance de calcul quasiment infinie à la portée de chacun ou presque change la donne. L’exaFlop permet la simulation de l’être humain dans sa complexité moléculaire et donc d’anticiper ses réactions en termes médicaux, marketing ou en situation d’apprentissage. L’avenir est de mieux en mieux maîtrisé. La complexité n’est plus un problème.Contrairement à l’Empire Romain qui n’a pas survécu au poids de sa complexité croissante, la puissance de calcul recule indéfiniment la cohérence du système Terre qui devient un être vivant. Un cerveau planétaire émerge dont chacun de nous devient un des neurones tandis que le reste de la planète en devient le corps et les membres.
 
2. L’énergie infinie
Une énergie presque infinie va se mettre au service de cette intelligence presque infinie. A la civilisation des hydrocarbures succède une civilisation de l’énergie solaire, plus propre et encore plus puissante. Aujourd’hui moins de 0,1% de l’énergie du soleil est utilisé sous une forme ou sous une autre. 45 minutes par an du soleil reçu par la terre suffirait à l’humanité dans les conditions actuelles. L’équipement des panneaux solaires n’en est qu’à ses débuts, en termes quantitatifs mais également en termes de rendement et de coût de revient. Les panneaux solaires actuels ne récupèrent encore que 17% de l’énergie solaire et leur coût de fabrication est descendu de 70$ à 0,70$ au cours de ces quarante dernières années.
 
La production d’énergie à partir de l’hydrogène est par ailleurs celle qui se prête le plus à la décentralisation. En Allemagne, plus d’un million de bâtiments sont déjà équipés de panneaux solaires dans des jardins ou sur les toits. Des quartiers entiers comme le fameux quartier Vauban de Freiburg produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Un internet de l’énergie commence à émerger qui permettra de répartir directement l’énergie entre les petits producteurs-consommateurs en fonction de leurs besoins du moment. A la production de masse dans de grosses centrales entourées d’une nébuleuse de fils électriques affreux est en train de succéder un paysage de campagne où chaque maison devient à sa manière une mini centrale électrique, une unité de production autant que de consommation. D’une certaine façon on assiste à l’apparition d’une « singularité énergétique ».
 
3. Le transport hydrogène
L’énergie autrefois ne pouvait guère être stockée. Il fallait qu’elle fût produite en continu par dans d’immenses « centrales ». Cette présence écrasante de centres rendait fort dépendante les périphéries.
 
Depuis quelques années, la technologie des batteries a fait des progrès de géants. Aux piles Nickel Cadmium ont succédé les piles Ion Lithium avec les résultats que l’on connaît avec les ordinateurs portables, puis les tablettes dont le poids diminue un peu plus chaque année. A la Prius de Toyota ont succédé la Zoe, la Twizy et la Kangoo de Renault.
 
Les piles à Hydrogène, qui commencent à prendre le relai, augmentent encore l’autonomie des véhicules. Mercedes a annoncé la production en série pour le grand public de la classe B F-Cell Hydrogène en 2017. Le stockage de l’énergie au format hydrogène va permettre aux voitures mais aussi aux navires ou aux avions de transporter leurs propres recharges de carburant et donc les libérer d’infrastructures coûteuses.
 
L’internet de l’énergie, sous le nom de « smart grid » va par ailleurs optimiser la répartition locale de l’énergie en permettant aux véhicules inutilisés de revendre pendant leur surcroit d’énergie aux véhicules qui en ont besoin au sein d’un lotissement. Cumulée aux progrès des matériaux supraconducteurs ou moins chauffant, ces technologies vont réduire considérablement les déperditions : en 2015, presque 80% de l’énergie produite dans le monde est encore gaspillée d’une façon ou d’une autre en chaleur ou dans le circuit de transformation d’une forme énergie en une autre. Avec une réduction de l’entropie, l’autonomie singulière des individus mobiles augmente autant que celle des immobiles.
 
4. Les imprimantes 3D
La décentralisation de l’énergie facilite la décentralisation de la fabrication d’objets. Les imprimantes 3D les plus récentes ne sont pas très exigeantes en matériaux de base. La récupération de déchets peut faire l’affaire, comme au Danemark le plastique usagé. Une équipe allemande a démontré qu’on pouvait d’une certaine façon fabriquer tout avec rien ou presque en installant au Sahara une imprimante 3D capable de fabriquer n’importe quel objet en verre à partir de l’énergie du soleil et du sable. Ce genre d’imprimante 3D peut même accroître ses capacités sans apport extérieur. Xerox a mis au point une encre conductrice à base d’argent qui permettrait d’imprimer des microprocesseurs ou des panneaux solaires. L’imprimante RepRap de Bath en Angleterre est même capable de s’auto-reproduire complètement à la manière d’un être vivant.
 
Ces imprimantes 3D vont affranchir l’individu singulier des usines et des centres industriels. Elles vont lui permettre à toute allure de construire des maisons et des bâtiments, comme c’est déjà le cas dans le Nord du Canada ou dans les camps de réfugiés à la frontière de la Syrie. Elles permettront un jour de construire une base permanente ou une ville sur la lune sans devoir transporter les matériaux depuis la Terre. Elles offriront la possibilité d’imprimer en 3D des prothèses ou des organes pour un prix dérisoire et donc de réaliser à distance des opérations chirurgicales qui aujourd’hui ne sont possibles que pour une poignée de privilégiés dans de grands « centres » hospitaliers. Elles autoriseront peut être un jour la régénération, la duplication et la téléportation d’organes, puis de pièce détachées en pièces détachés, d’êtres vivants et de personnes humaines.
 
En attendant commencent à se diffuser un peu partout dans le monde des FabLab équipées d’imprimantes 3D et de matières premières, où chacun peut venir fabriquer ce qu’il lui plait. Comme on a eu des cafés internet on aura des cafés 3D, où pour une somme modique les producteurs-consommateurs peuvent venir expérimenter ou fabriquer les objets dont ils ont besoin. Ceci les affranchit du vieux système industriel, économique et monétaire. Ont disparus ou ont été réduits au minimum les coûts de main d’œuvre (pas de salariés), de recherche et de brevets (disponibilités des fichiers en open source), de stockage, d’hébergement, de transport, de circuit de distribution, de services commerciaux, administratifs, comptables ou RH. Les petites villes autonomes peuvent remplacer les grands centres industriels. L’économique se libère de la dictature du monétaire.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.