Échanges-Le blog de François Bocquet
Photo de François Bocquet
Biographie
 
L'angoisse de l'escargot privé de sa coquille
L ingénierie du vivant
Le village absorbé par la ville
Petite annonce
La faim des horaires
Autre billet
La certitude de l'incertitude
La fin des hiérarchies
Les technologies de la singularité
Le marché de la sieste
Le temps de la singularité
Trois axes pour créer de la valeur ajoutée
Définition du mot « travail ».
L'école en Finlande
L economie de la relation
La mégamétamorphose
La dissolution de l'Etat
Le buffet
Ma maison, c'est chez vous.
Des tulipes sur le toit : notre salut ?
Quand l'Emploi cède la place à deS activitéS
La dynamique de la culture
L'accueil fait au "caractère" à travers le monde
La fin des hiérarchies
Adieu Verdun
Le silence, produit de luxe par excellence
La Culture, c'est l'exclusion des autres
Un paradigme sans avenir
La saisonnalité volontaire
La cité hôtelière du futur
Obésité : une épidémie sans avenir
Oser (re)devenir l'acteur de Soi
Le post-individualisme
Le marché de la frugalité
Ou
La vie privée, nouveau luxe
La fin du billet vert
Le malaise des intermédiaires
Bibliothèques
L'insouciance n'est plus au programme
Apprendre à dire "No"
La fin du travail
Votre position sur l'échiquier
Une école au service des élèves
Du vêtement et de la permanence universelle du mouvement
Des régulations ou dérégulations internationales ?
Est-il encore possible d'être heureux en France aujourd'hui ?
L'eau moins courante
Tourisme et vacance(s)
Ordinhumain ou Huminateur ?
Un paradigme sans avenir
Ouverture
La fin des sociétés
L intelligence globale
La construction de soi
La dynamique personnelle
Derniers commentaires
Les Editions Performances
 
Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDictionnaire des mots en voie de disparition

Ce « dictionnaire » explore toutes les pistes de la métamorphose économique, écologique... et idéologique que nous sommes en train de vivre en direct.
 
  >> En savoir plus  
 
  Decouvrez la face cachée de votre personnalitéDécouvrez la face cachée de votre personnalité
 Un catalogue, non exhaustif, des façons de devenir soi-même et d'évoluer sans cesse tout en restant fidèle à ce que l'on est.
 
  >> En savoir plus  
        
 L'art de perdre son temps et d'en faire perdre aux autres
  Comment gérer le temps éparpillé… du temps présent.
  >> En savoir plus  
        
  L'art de se faire
des ennemis et de saboter ses relations de couple
 Retourner à l’authenticité authentiquement artificielle.
 
  >> En savoir plus  
         
  L’art de démotiver ses collaborateurs
et de saborder son entreprise

 Une boussole pour les dirigeants… déboussolés par la perte de leur joie de vivre ou du sens de leur fonction
 
  >> En savoir plus  
     
 Arrêter de se raconter des histoires
  Ce livre raconte l'histoire d'un vieux pays (que nous nommerons la Gaule) qui aime à se raconter des histoires.
  >> En savoir plus  


Institut François Bocquet

Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field
Interview de François Bocquet sur LCI par Michel Field - 17/20 du 15 mars 2011

L economie de la relation [publié le 19 septembre 2016]

Marx y perdrait son latin. Depuis la nuit des temps pour faire de l'argent il faut déjà avoir de l’argent, un levier, des moyens de production, un « capital » à faire fructifier. Pour faire de l’argent, il faut aussi être bien situé : idéalement dans une capitale, au centre d’un n½ud de communication, dans ce qu’on appelle dans les compagnies aérienne un « hub », un point de passage obligé entre deux acteurs qui sinon ne pourraient pas échanger. Pour prendre l’exemple de l’industrie du livre, les écrits de Proust n’ont pu être dégustés par ses lecteurs que parce qu’une maison d’édition, Gallimard, s’est employée à les imprimer, les promouvoir et les distribuer.
 
Aujourd’hui le paradigme change. Dans un monde excentrique il n’est plus nécessaire à deux acteurs de passer par un centre pour échanger des marchandises ou des idées. Les objets nomades permettent à chacun de commercer ou de communiquer directement avec chacun en se passant de tout intermédiaire. Sur iBook par exemple (ou sur son blog) chacun peut publier immédiatement les textes qu’il vient d’écrire. Chacun peut sur eBay ou sur le marketplace d’Amazon vendre les vieux livres qu’il a dans son grenier tandis que sur Uber chacun peut s’improviser immédiatement chauffeur de taxi. Dans un monde « dénoyauté », les « centrales » ne servent plus à grand chose. Dans un monde dématérialisé l’accumulation de moyens de production n’a plus beaucoup de sens. On peut dorénavant produire sans capital. Ca brouille les cartes du capitalisme.
 
Ce qui brouille plus les cartes encore, ce sont les possibilités nouvelles d’autosatisfaction des besoins. L’ordinateur portable a remplacé les secrétaires. Avec une imprimante 3D chacun va pouvoir fabriquer directement une partie des objets dont on a besoin : des couverts pour la table, des pièces détachées pour l’automobile, des instruments de musique. Avec les nouveaux panneaux solaires les habitations commencent à pouvoir produire l’énergie qu’elles consomment tandis que les piles à hydrogène vont permettre de stocker cette énergie afin de l’utiliser dans les véhicules personnels. Lorsque je suis capable de satisfaire à mes propres besoins en me passant de tout intermédiaire, la monnaie comme l’argent prennent moins de place dans ma vie. La gratuité infiltre tous les domaines : gratuit de l’information avec la presse en ligne, de la formation avec les MOOCS, du divertissement avec YouTube, de l’énergie avec les bâtiments à énergie positive, de la communication commerciale ou du traitement administrative avec internet, de la main d’½uvre avec l’OpenSource. Au sein d’une même économie cohabitent deux systèmes, une économie monétaire (par exemple pour l’industrie lourde ou la fabrication d’automobile) et une industrie de la gratuité (surtout dans les services). Le dollar n’est plus l’étalon de référence universel. Il est concurrencé par d’autres monnaies comme par exemple la reconnaissance ou la notoriété.
 
Dans ce monde sans monnaie les échanges ne se baissent pas. Au contraire ils explosent. Plus de 3 milliards de contributeurs partagent actuellement sur le net leurs textes, leurs commentaires, leurs photos, leur musique, leurs vidéos. La quantité totale de data échangés sur le net double ou presque chaque année, essentiellement du fait des mobiles. Même les objets, les plantes ou les animaux commencent peu à peu converser entre eux, comme dans un dessin animé de Walt Disney. A l’échange marchand (avec intermédiaire) se substitue une économie de la mutualisation (sans intermédiaire), où les fonctions traditionnelles du producteur, du consommateur et du distributeur se confondent. Nous évoluons progressivement d’une économie de la possession à une économie de la mutualisation. Les exemples sont innombrables : les transports (Blabla car), les véhicules (Zipcar), les logements (Air B&B, Couchsurfing), les ressources culturelles (FlickR, YouTube), le savoir (Wikipedia, Coursera), le savoir faire (Appropedia, Howtopedia), les jouets (Baby Play), les vêtements (ThredUp), la Terre (AMAP, SharedEarth), la santé (PatientsLikeMe), n’importe quoi (Yerdle).
 
Si une valeur économique subsiste dans cette nouvelle économie de la gratuité et de la mutualisation, elle se trouve dans la qualité des relations personnelles. Tout se passe comme si à l’économie matérielle des 19ème et 20ème siècle et à l’économie informationnelle de l’an 2000 et de ses alentours, succédait une « économie relationnelle » dans laquelle l’information ne vaut plus rien mais où la relation est tout. Au fur et à mesure que les relations transactionnelles s’automatisent et se banalisent, les relations humaines vont prendre de plus d’importance. Tout simplement parce qu’elles sont rares et donc précieuses. Dans cette économie relationnelle, la valeur ajouté se déplace du produit à la relation d’échange elle-même, la vraie richesse ne réside plus dans les biens mais dans les liens. Avec la fin de la production, de la consommation, de la distribution, de la communication et des loisirs de masse, apparaît un tissu économique constitué essentiellement d’agents singuliers établissant entre eux un jeu infiniment complexe de relations singulières. Exactement comme au sein d’un cerveau chaque neurone singulier peut tisser des relations subtiles avec une infinité d’autres neurones afin de donner naissance à une pensée singulière.

triangleQu'en pensez-vous ?ajouter un commentaire
Ajouter votre commentaire



captcha

Changer le code anti-spam
* Tous les champs sont obligatoires.